Logo prefecture
Rechercher dans
Campagne de sécurité des loisirs nautiques été 2014
Campagne de sécurité des loisirs nautiques été 2014
13 juin 2014

Le vendredi 6 juin, le vice amiral d’escadre Jean-Pierre Labonne, préfet maritime de l’Atlantique a lancé la campagne de sécurité des loisirs nautiques 2014, au Cross (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) Corsen.

Cette opération en présence de l’administrateur général des affaires maritimes Loïc Laisné,  du directeur du Cross Corsen, Charles André Massa et du Lieutenant Colonel Christophe Hervé, de la division Action de l’Etat en mer (AEM) de la préfecture Atlantique, a permis de rappeler les points essentiels pour préserver la vie humaine en mer.

La présence de 2 rescapés sauvés en mer a permis d’apporter des témoignages forts sur la nécessité de la prudence et l’importance de la prévoyance ainsi que la qualité des secours apportés.

La période estivale est propice à une concentration de la population sur nos côtes, et de fait à une augmentation des accidents liés à la pratique des loisirs nautiques. Elle requiert la mobilisation des pouvoirs publics appelés à sécuriser cette pratique.

Ainsi, et dans la continuité des années précédentes, une campagne de vigilance et de prudence est lancée pour la sauvegarde de la vie humaine en mer pour la période du 1er juin au 30 septembre 2014.

Messages Clés :

Les grandes lignes du message de prévention ne changent pas.

Nécessité d’une pédagogie qui répète les points essentiels.

  • M4 V2 [Marée, Matériel, Météo, Moi, VHF et VFI] : Prudence
  • Importance de la connaissance du milieu marin ; milieu très particulier. Il faut développer le bon sens marin.
  • Importance de la diffusion de l’information par les sites internet, les relais dans les médias, les brochures et tous supports. Ils permettent de diminuer efficacement l’imprudence, la méconnaissance du milieu marin et des règles de sécurité.
  • Rôle essentiel et vital du travail des bénévoles et de la solidarité des marins. Cette solidarité des gens de la mer passe par les professionnels de toutes les administrations, institutions, armée mais aussi bénévoles et usagers entre eux. Ils participent à une chaine de secours en mer inégalée par sa qualité et sa réactivité, allant de la veille à l’intervention en passant par le dispositif de surveillance, d’alerte, de recherche et de sauvetage. Cette chaine est très sollicitée lors de la période estivale avec plus de 1486 Opérations de sauvetage en 2013 (1583 en 2012, 1342 en 2011)

Retour sur l’année 2013 :

L’été 2013 s’est caractérisé par une météorologie clémente, un accroissement des activités balnéaires et nautiques, par une augmentation consécutive du nombre d’opérations de secours de faible ampleur et des personnes impliquées.

Les statistiques confirment globalement la typologie des accidents relevés. La proportion élevée de la mortalité induite par les accidents dont sont victimes les baigneurs et les plongeurs demeure une constante.

En Atlantique,la sensibilisation des usagers aux dangers de la pêche à pied s’est avérée efficace. Cette activité n’a donné lieu à aucun accident.

Par ailleurs, l’essor des nouveaux engins nautiques utilisés tels que le kite surf et le puddle –board ont une incidence sur les activités de secours.

Enfin, plusieurs accidents d’hommes à la mer ont à nouveau confirmé l’utilité vitale du port du gilet de sauvetage.

Bilan des contrôles.

Les principales infractions portent sur l’absence de matériels de sécurité et de survie et des manquements aux normes européennes et sur de marques intérieures des unités.

Les excès de vitesse et le défaut d’observation des règles de circulation dans les zones règlementées sont trop souvent relevés.

En revanche, les défauts constatés de signalement des activités de plongée se réduisent. Les actions de sensibilisation conduites auprès des clubs de plongée s’avèrent donc utiles.

Cette année, le dispositif a été renforcé avec 25 Opérations de sécurité en mer  (21 en 2010, 17 en 2011, 22 en 2012) soit 1626 contrôles effectués bien supérieur aux années précédentes(1281 en 2012, 1452 en 2011) dont 632 infractions constatées (487 en 2012, 476 en 2011)

Pour l’ensemble de la période estivale :

  • 11457 contrôles effectués (opérations en mer comprises) (10523 en 2012)
  • 3354  infractions constatées (opérations en mer comprises) (3603 en 2012)
  • 9831 contrôles effectués (Hors opérations en mer comprises) (9242 en 2012)
  • 2722 infractions constatées (Hors opérations en mer comprises) (3116 en 2012)
  • 2061 procès verbaux (1800 en 2012)

Infractions graves.

Les comportements particulièrement désinvoltes au regard des obligations d’équipement et aux règles de conduite nautique doivent être ciblés et sanctionnés de manière dissuasive.

A ce dernier titre, le non-respect des zones de circulation règlementée et les excès de vitesse pratiqués notamment par des engins motorisés seront verbalisés.

Les opérations de sauvetage :

Elles restent très importantes avec de très nombreux moyens mis en œuvre. A noter, l’importance de la solidarité des gens de mer avec la SNSM qui effectue plus de 35 % des interventions et plus de la moitié des interventions nautiques.

Quelques données sur les opérations de sauvetage en mer :

  • Nous regrettons20 décès (2012 :20 )  dont 75% issues de la  plaisance moteur ou à  voile, 25 % la baignade.
  • Les moyens mis en œuvre :
  • Nautiques (en % d’intervention)    
  • SNSM 52%, Pompiers 21%, Navires sur zone 18%, Gendarmerie 3%, Aff Mar 2%, Douanes 1 %, MN 1%
  • Aérien
  • Sécurité civile 46%, MN 30%, gendarmerie 14 %, Divers 7%, Douanes 3%
  • Ensemble des moyens
  • SNSM 35%, Sécurité civile et pompiers 31%, Divers 18%, MN 5%, gendarmerie 5%, Douanes 1%, Aff Mar 1%
  • 150 Fausses alertes (135 en 2012 stable depuis 2009) en légère hausse.
  •  Le Cross Etel rappelle que près de 32 % des opérations concernent des avaries de propulsions des navires à moteur ou à voile. Une amélioration dans ce domaine est souhaitable pour diminuer les interventions en mer. Cela passe par un effort sur la maintenance du matériel et la formation des équipages.
  • Le Cross Corsen a quant à lui souligné le développement de certaines activités en mer telles que le Kayak. Ces pratiques nautiques demandent une formation et une connaissance du matériel, de la navigation et du milieu marin. Il ne faut pas hésiter à se rapprocher des clubs de formation.

En conclusion, la mer par nature est dangereuse et peut tuer et beaucoup d’événements peuvent être évités avec un minimum de bon sens et de respect des règles de sécurité.

Pour aller plus loin :

Voir le diaporama
Voir le diaporama