Logo prefecture
Rechercher dans
Le Centre d'Expertises Pratiques de lutte anti-Pollution
Le Centre d'Expertises Pratiques de lutte anti-Pollution
21 janv. 2013

Alerte pollution : Agir !

"Thomsea, Transrec, Seynip ", tous ces mots ne vous évoquent peut-être rien et pourtant ils sont le couteau suisse du centre d’expertises pratiques de lutte anti-pollution (CEPPOL).

Le 15 janvier 2013, sur le bâtiment de surveillance et de dépollution (BSAD) Argonaute, c’est l’effervescence, les hommes du CEPPOL et de la cellule antipol de la base navale de Brest installent leur matériel anti-pollution sur la plage arrière : pompes, Transrec, groupe hydraulique. Ils se préparent à tester un procédé d’allégement de navire en difficulté.

A bord, le personnel s’active pour mettre en œuvre le Transrec : énorme touret avec un tuyau flottant de 80 mètres. Il est d’abord raccordé au cuve de l’Argonaute qui peuvent récupérer jusqu’à 1500 m3 d’hydrocarbures. Puis, il est déployé via la vedette littoral qui prend en charge la mise en place jusqu’au navire en avarie.

Comme le souligne le capitaine de vaisseau Cerutti, commandant du CEPPOL "Nous sommes habitués à ces exercices mais cette fois-ci le processus d’allégement se met en place directement entre le BSAD et le navire en difficulté-joué par une citerne à eau. Le but est de voir si un pompage à grande distance entre 70 et 150 mètres débite correctement". La manœuvre fait appel au savoir-faire des techniciens du CEPPOL. En moins de 2 heures, les pompes ont été installées sur la citerne à eau, le tuyau du transrec a été raccordé et le processus d’allégement est en cours. Après une journée de mise en place et de test, le processus fonctionne et le personnel est de nouveau formé…en attendant une prochaine intervention.

Historique de la création du CEPPOL

A l’origine de la création du CEPPOL, il y a l’Amoco Cadiz. Le naufrage de ce cargo au large des côtes bretonnes en 1978 est resté gravé dans les mémoires comme l’une des pires marées noires de l’Histoire. Soucieuse d’améliorer la lutte contre les pollutions en mer, la France se dote, voilà 30 ans, d’une commission d’études chargée d’optimiser la connaissance des risques et de proposer des moyens adaptés pour contrer ces pollutions. Cet organisme devenu le centre d’expertises pratiques de lutte antipollution apporte son expertise aux préfets maritimes et délégués du gouvernement outremer et il est responsable de la lutte en mer.

Pour permettre de tester les équipes et les procédures du CEPPOL, de nombreux exercices sont programmés tout au long de l’année, mettant en scène des bâtiments en difficulté présentant un risque de pollution en mer.