Logo prefecture
Rechercher dans
10-14 septembre 2012 - Bonn Agreement Super Co-ordinated Extended Pollution Control Operation 2012 - Super CEPCO 2012
17 sept. 2012

Présentation Générale :

L'opération Super Cepco (Coordinated Extended Pollution Control Opération) est une opération internationale de lutte contre les pollutions en mer, organisée cette année par la préfecture maritime de l'Atlantique du 10 au 14 septembre 2012. Elle couvre l'ensemble des opérations de surveillance et de répression des pollutions volontaires (rejets d'hydrocarbures).

La zone couverte s'étend sur la totalité du golfe de Gascogne dans les eaux territoriales françaises et espagnoles permettant de surveiller le rail de navigation Finisterre-Ouessant.

C'est dans le cadre de l'accord de Bonn, qui unit les différents états d'Europe dans la lutte contre les pollueurs en mer, que cette opération est menée. Cette année six nations (France, Belgique, Norvège, Allemagne, Hollande et Espagne) mènent en œuvre leurs huit aéronefs (voir moyens) à partir de la base aéronautique navale de Lann-Bihoué (56).

Le préfet maritime, en lien étroit avec les agences gouvernementales européennes, coordonne l'action cohérente des administrations de l'Etat en mer afin de garantir à la France et les états riverains l'application de la loi et des traités.

Objectifs de l'opération :

Les moyens mis en œuvre ont permis d'atteindre quatre objectifs principaux :

  • d'effectuer une surveillance continue de la pollution maritime causée par les navires ;
  • d'enquêter efficacement sur toutes les détections de gasoil ou de substances nocives ;
  • d'arrêter les pollueurs et de mettre en place les procédures de poursuites judiciaires rapides et efficaces : rapport de détection, enquête et identification pour les autorités judiciaires ;
  • d'améliorer la coopération entre les nations signataires de l'accord de Bonn.

Moyens mis en œuvre :

La surveillance et la recherche de la pollution d'hydrocarbures seront exercées par de nombreux avions. Ces avions sont équipés de caméras vidéo et de radars ainsi que de senseurs ultraviolets et infrarouges pour détecter les rejets polluants en mer.

Les huit aéronefs auront effectué près de 60 heures de vols en 4 jours.