Logo Préfecture
Rechercher dans
COMMUNIQUE DE PRESSE N°5 - Du 6 au 7 janvier 2021, contrôle de l'état de l'épave du pétrolier Tanio
COMMUNIQUE DE PRESSE N°5   -   Du 6 au 7 janvier 2021, contrôle de l'état de l'épave du pétrolier Tanio
21 janv. 2021

Au dernier trimestre 2020, sur le littoral du Finistère, des oiseaux ont été découverts avec des hydrocarbures sur leurs plumes. Sur la base d’informations transmises par VIGIPOL (Syndicat mixte pour de protection du littoral breton), la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) et l’association « Volée de piafs », la préfecture maritime de l’Atlantique a demandé au CEDRE (Centre de Documentation de Recherche et d'Expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux) d’analyser quatre d’entre-eux, trouvés sur le littoral Nord du Finistère (Landunvez, Goulven et Santec) entre le 24 novembre et le 02 décembre 2020. Ces analyses ont montré de grandes similarités avec le fioul lourd transporté par le pétrolier Tanio.

 

Entre le 6 et le 7 janvier 2021, la préfecture maritime de l’Atlantique a déployé le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Garonne et une équipe de la cellule plongée humaine et intervention sous la mer (CEPHISMER) de la Marine nationale, pour contrôler l'état de l'épave, quatre mois après l’intervention de colmatage des orifices (du 5 au 8 septembre 2020). Ces nouvelles investigations ont été réalisées avec un véhicule sous-marin téléguidé, le ROV Ulisse.

Cette opération a permis d’observer que 3 des 10 plaques, installées en septembre 2020 pour boucher des orifices de coque, ont depuis été arrachées par des engins de pêche et qu’un des orifices présente une nouvelle fuite intermittente d’hydrocarbures.

La préfecture maritime de l’Atlantique étudie les modes d’action possibles suite à la reprise de cette pollution résiduelle.

En parallèle, ses services ont entrepris d'identifier les habitudes de pêche à proximité de l’épave. L’objectif est d’engager une concertation avec les armements de pêche qui fréquentent régulièrement la zone pour les sensibiliser au risque que le chalutage fait peser sur l’intégrité de l’épave.

La vigilance des autorités maritimes sur cette épave est toujours forte. Elle s’exerce tout particulièrement dans le cadre de la surveillance régulière de nos approches maritimes (par des moyens satellitaires, aériens, nautiques et/ou terrestres).

Aucune pollution en mer, ni sur les plages, n’a été repérée depuis les travaux effectués sur la coque du Tanio en septembre 2020.

 

 

 

 


 

Rappel des faits :


 

  • 1980, naufrage du Tanio

Le 7 mars 1980, au large des côtes Nord du Finistère, le pétrolier Tanio (pavillon Malgache), faisait route entre Wilhelmshaven (Allemagne) et Civitavecchia (Italie). Il se brise en deux à 25 nautiques (46 kilomètres) au nord de l'Ile de Batz. Un hélicoptère Super Frelon de la Marine nationale hélitreuille trente et un rescapés mais huit hommes d'équipage sont portés disparus.

Le Tanio transporte 28 600 tonnes de pétrole, dont environ 10 000 tonnes se déversent en mer, contaminant 200 kilomètres de littoral. La partie arrière du pétrolier, contenant 7 500 tonnes de pétrole, est remorquée jusqu’au Havre, tandis que la partie avant coule avec 10 000 autres tonnes, par environ 80 mètres de fond.

Des opérations sous-marines sont alors conduites pendant quinze mois par la COMEX pour récupérer environ 5 100 tonnes de pétrole et colmater les brèches. Les opérations sont rendues difficiles par les marées, les courants de fond et les tempêtes.


 

  • Novembre 2019, observation de fuites intermittentes d’hydrocarbures

Le samedi 16 novembre 2019, le CROSS (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage) Corsen est alerté de la présence d’une possible pollution maritime entre les plages de Saint Samson (commune de Plougasnou) et de Saint-Jean-du-Doigt (commune de Saint-Jean-du-Doigt) au nord du Finistère. Des oiseaux présentant des traces d’hydrocarbures sur les ailes et les pattes sont retrouvés sur plusieurs plages du Finistère-Nord.

Dès la connaissance de ces faits, les services de l’Etat se mobilisent et travaillent en étroite collaboration avec le CEDRE, VIGIPOL et la LPO pour caractériser l’événement et tenter d’en déterminer les causes. Les premières analyses du CEDRE, réalisées à partir d’échantillons prélevés sur les oiseaux portant des traces d’hydrocarbures, montrent de grandes similarités avec celles transportées par le pétrolier Tanio.

Entre le 21 et le 22 novembre 2019, le chasseur de mines tripartite (CMT) Pégase de la Marine nationale est déployé par les autorités maritimes pour relocaliser avec précision l’épave du Tanio.

Le mardi 3 décembre 2019, la cellule plongée humaine et intervention sous la mer (CEPHISMER) de la Marine nationale, déployée à bord du BSAM Rhône réalise des investigations sur la coque du pétrolier Tanio avec son véhicule sous-marin téléguidé (ROV - Remotely Operated underwater Vehicle) Diomède. Cette opération avait pour but de dresser un état des lieux de la coque, près de 40 ans après son naufrage. Elle a permis d’observer quelques minimes fuites intermittentes d’hydrocarbures et de préparer une intervention future.


 

  • Septembre 2020, intervention sur la coque du Tanio

Du 5 au 8 septembre 2020, à la demande du préfet maritime de l’Atlantique, des marins de la CEPHISMER, embarqués à bord du bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Garonne, sont intervenus sur la coque du pétrolier Tanio. Les équipes ont mis en œuvre le ROV Diomède pour apposer sur les dix orifices identifiés des plaques obturatrices magnétiques, élaborées par le service de logistique de la Marine à Brest.

D’autres images en haute définition sont également disponibles sur la médiathèque de la Marine nationale : https://www.mediatheque.marine.defense.gouv.fr/